Poésie au jardin


jardindesplantesnantes.jpg

 

Souvent je recherche, dans un instant à déguster, cette folle sérénité qui envahit si bien les jardins des villes, ces endroits hors du temps où rien ne se perd, où tout semble suspendu, replié dans un pli du paradis …

Le jardin des plantes de Nantes (face à la gare Nord) est un de ces lieux magiques notamment lorsqu’un magnifique sourire solaire daigne le bercer.
Au détour de mes passages en cette cité, je prends plaisir à aller saluer magnolias, ifs, cèdres, sauges et autres milliers de végétaux
qui cohabitent, si différents et silencieux.

Dans un tel cadre il m’était trop difficile de ne pas mettre en exergue cette poésie ambiante qui erre telle un fantôme, aux détours de chaque recoin, à la vibration de chaque plante … alors l’idée m’est venue d’écrire à l’inconnu(e); à celle ou celui qui, conduit par le hasard, se trouvera au bon moment et au bon endroit. La personne pourra alors cueillir mes vers comme on cueille la violette.  J’ai écrit le poème ci-dessous et, roulé en parchemin, j’en ai abandonné quelques exemplaires de ci, de là, pas vraiment cachés.  C’est juste une histoire de partage à qui saura l’apprécier.

Les 3 premiers exemplaires ont été déposés le 30 août 2009 au matin.Trois autres l’ont été le 06 septembre 2009.

Malheureusement presqu’un an plus tard, je reste sans nouvelle de ces 6 textes … Je n’en suis pas fâché, pas plus que l’arbre qui libère ses feuilles au gré du vent. Mon humeur n’est pas d’automne et c’est volontiers que je vais renouveler l’expérience ici ou ailleurs dans d’autres jardins, dans d’autres villes.

Retrouvez ici des vues de ce magnifique jardin des plantes de Nantes 

Jardin des plantes à Nantes
Album : Jardin des plantes à Nantes
En 1807 la création du Jardin des Plantes débute et en 1865 il est achevé, après des années de réels efforts consentis par Hectot, Noisette et Ecorchard. Il fût inauguré dans sa forme actuelle.
23 images
Voir l'album

1scr3awe.gif

 

18 Juillet 2010, mes pas foulent les berges du serpent Charente le long des quais de « Mediolanum Santonum » (Saintes). Saintongeais d’adoption, j’aime l’endroit. Le parc Fernand Chapsal, dans sa verdure, sa simplicité relative et sa diversité végétale est un lieu propice au repos. Il fait très beau en ce dimanche, l’ombre est recherchée et des grappes de moineaux vont et viennent pour se rafraîchir au petit plan d’eau où se mirent quelques fleurs de lotus.
Ce parc doit son nom à un ancien maire (1919-1939)
L’azur du ciel pour témoin, j’ai remis un poème entre les mains d’une aphrodite peintre qui attendait debout sur son piedestal. Le hasard fera le reste.

 

Retrouvez ici des vues de ce reposant jardin public Fernand Chapsal à Saintes

Parc Fernand Chapsal à Saintes -17-
Album : Parc Fernand Chapsal à Saintes -17-
Le jardin public Fernand Chapsal (anciennement parc Bassompierre) est l'un des principaux espaces verts de la ville de Saintes (17). Il doit son nom à un maire de Saintes de 1919 à 1939.
10 images
Voir l'album

 

 

 

Poème à l’inconnu(e)


Je vous offre ces quelques mots
A vous l’inconnu(e) parcourant ce jardin;
Un prairial bonjour où parle un jet d’eau
Caressant l’ivresse d’instants plus sereins.


La feuille scintille et le reflet sourit,
Voguent capricieuses les fragrances du bonheur,
Serais-je mort, invité du paradis ?
Des anges pépient sous la sauge en fleurs.


Mais au final je ne vous ai rien offert;
Je ne maîtrise ni l’amour ni les eaux;
La vie est ce jardin, un grand tapis vert;
Les dés sont jetés, je ne suis qu’arbrisseau.

 

août 2009

Si vous êtes l’un des découvreurs de ce poème et que vous souhaitez me laisser un message, vous pouvez le faire via le formulaire ci-après. Merci.

Retour à l’Accueil

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 

 

 

Publié dans : ||le 30 août, 2009 |1 Commentaire »

1 Commentaire Commenter.

  1. le 10/06/2007 à 08:32 Calame.aile écrit:

    18/06/2011
    C’est l’idée même du don qui séduit, l’instant solennel où se décide la seconde d’après … quand la bouteille est jetée, quand l’espoir est permis … d’ailleurs, vous le dites vous-même : il y a des anges dans ce jardin ! Vous avez offert le vent dans vos mots éparpillés, le lent cheminement de vos échos cachés et l’attrait presque troublant de ce non-retour attendu quand bien même votre espoir ne se révélait plus … Et ces mains anonymes, qu’ont-elles fait de la brise, de ce souffle en promesses, ce zéphyr en puissance … ? Et ces yeux étonnés, qu’ont-ils vu entre les mots, qu’ont-ils lu dans leurs reflets, ont-ils saisi l’insondable, ont-il compris l’insoupçonnable ? Est-ce que leur regard alors a pénétré l’opaque frondaison autour d’eux à la recherche, qui sait ? d’une improbable apparition …!

    Pour cet instant que quelques notes embaument …
    Ou que la nuit dérobe … en partage !

Laisser un commentaire

Globe trottinage |
Lettres et le nez en l'air |
Juste pour dire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | amour , amitié
| DELIRE DES MOTS
| citations